Des milliers de livres avec la livraison chez vous en 1 jour ou en magasin avec -5% de réduction ou téléchargez la version eBook. Lorsque Marie-Thérese d'Autriche prit la tête de l'empire des Habsbourg en 1740, personne ne donnait cher de cette souveraine de 23 ans. Peu préparée à ses fonctions, la jeune souveraine se trouve confrontée à un « empire » sortant d'une guerre désastreuse contre l'Empire ottoman, une armée désorganisée, des caisses vides et une administration archaïque aux rouages grippés. La dernière modification de cette page a été faite le 20 décembre 2020 à 21:45. Dernière descendante de la Maison de Habsbourg, l'archiduchesse est la fille aînée de l'empereur Charles VI et de l'impératrice, née Élisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel. « Elle pleurait mais signait toujours » dit plus tard le cynique Frédéric II de Prusse, qui n'est pas aussi scrupuleux que la catholique souveraine autrichienne. Ce dernier, aux traités de Vienne (3 octobre 1735 et 18 novembre 1738) mettant fin à la guerre de Succession de Pologne, reçoit le grand-duché de Toscane en échange de son duché héréditaire de Lorraine qu'il abandonne au profit de Stanislas Leszczynski, roi déchu de Pologne, mais beau-père de Louis XV. Son cousin par alliance Charles Albert, électeur de Bavière, protégé par la France ennemie, est élu empereur (Charles VII) contrairement à la volonté de Charles VI. À la mort de Charles VI le 20 octobre 1740, et malgré ladite Pragmatique Sanction, Marie-Thérèse éprouve des difficultés à faire reconnaître ses droits aux trônes de son père, droits immédiatement contestés par la Bavière, l'Espagne, la France, le Piémont-Sardaigne, la Prusse et la Saxe. Et quelle mère ! Elle est cependant considérée par ses contemporains, qui la surnomment « la Grande », comme détentrice de facto de la dignité impériale, jusqu'à la mort de son mari en 1765, puis aux côtés de son fils Joseph II. Elle épouse, le 12 février 1736, François-Étienne de Lorraine, duc de Lorraine puis grand-duc de Toscane ; de cette union naissent seize enfants, dont la future reine de France Marie-Antoinette. Durant son règne, elle entreprit diverses réformes centralisatrices, notamment grâce à l'aide de son chancelier Kaunitz. Les descendants de Marie-Thérèse se retrouvent également parmi les membres de plusieurs grandes familles de l'aristocratie européenne. Cette disposition de succession au trône réserve celui-ci à l’aîné vivant des enfants du souverain, quel qu'en soit le sexe. Mais Marie-Thérèse déçut très vite les espérances de tous et n'arrivant jamais à tenir son rang comme il le fallait. À l'égard des autres religions, elle déclare : « Je déteste les protestants mais je hais les Juifs[Note 6],[3],[5]. Fille de Philippe IV d’Espagne et d’Élisabeth de France, Marie-Thérèse nait en 1638 à l’Escurial, palais proche de Madrid. Lorsqu'en 1740 Marie-Thérèse succède à son père Charles VI à la tête des possessions des Habsbourg, il ne reste de la monarchie de Charles Quint, partagée en 1556 en une branche aînée espagnole et une branche cadette allemande, que la couronne impériale et les pays héréditaires d'Autriche, le royaume de Bohême, qui font partie du Saint Empire, le royaume de Hongrie ainsi que les lambeaux de la … Elle a eu seize enfants, dont onze filles, parmi lesquels, outre Joseph II, l'empereur du Saint-Empire Léopold II (1747-1792) et la reine de France Marie-Antoinette (1755-1793). Et pourtant, aucune souveraine n'a été plus femme que Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) : femme d'un seul homme, dont elle fut éperdument Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780), l'impératrice reine, Le Pouvoir au féminin, Elisabeth Badinter, Flammarion. Parmi eux, le comte Emmanuel de Silva-Tarouca qui a assisté à sa naissance et à qui elle demande de lui parler sans détour et d'oser la critiquer avec franchise. La Symphonie no 48 de Joseph Haydn, en do majeur Hob.48, composée en 1768/1769, est surnommée Marie-Thérèse en l'honneur de l'impératrice. David Tarot, « L'impératrice Marie-Thérèse », Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Élisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Marie-Béatrice d'Este (1750-1829), duchesse héritière de Modène, Noble Dame de l'ordre impérial de la Croix étoilée, Grande Maîtresse de l'ordre impérial de la Croix étoilée, Dorothée-Hedwige de Brunswick-Wolfenbüttel, Élisabeth-Julienne de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Norbourg, Marie-Thérèse, l'envahissante impératrice d'Autriche, L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, Marie-Thérèse de Habsbourg-Lorraine-Teschen, Hermine Marie Amélie de Habsbourg-Lorraine, Portail du Saint-Empire romain germanique, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Marie-Thérèse_d%27Autriche_(1717-1780)&oldid=177857832, Personnalité inhumée dans la crypte des Capucins, Récipiendaire de l'ordre de Sainte-Catherine, Article contenant un appel à traduction en allemand, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, Page pointant vers des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Page pointant vers des bases relatives aux beaux-arts, Article contenant un appel à traduction en anglais, Portail:Saint-Empire romain germanique/Articles liés, Portail:Biographie/Articles liés/Politique, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Marie-Henriette, princesse de Hohenlohe-Waldenburg-Schillingsfürst, Gertrude, comtesse de Waldburg-Zeil-Trauchburg, Marie-Antoinette, baronne de Proff in Irnich, Josepha, comtesse Clemens de Waldstein-Wartenberg, Alberta, baronne Alexander de Kottwitz-Erdödy, Maria Inmakulata, comtesse Reinhart de Hoensbroech, Marie-Christine, Mme Raymond van der Meide, Maria del Pilar, Edle Vollrad-Joachim von Poschinger, Marie-Béatrice, comtesse Riprand d'Arco-Zinneberg, Maria Constanza, princesse d'Auersperg-Trautson, Isabelle, comtesse Andrea Czarnocki-Lucheschi, Marie-Christine, comtesse Rodolphe de Limburg-Stirum. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un corps d'élite de hussards hongrois est ainsi chargé d'assurer sa garde personnelle, tradition qui perdurera jusqu'en 1918 ; de plus, elle confie au maréchal comte Batthyány l'éducation du futur Joseph II[2]. ». Elle-même devient alors « impératrice consort des Romains ». Philippe Chauveau : Vous publiez chez Pygmalion « Marie-Thérèse d'Autriche », ça tombe bien, car c'est le tricentenaire de la mort de Louis XIV. Ses filles servirent sa politique d'alliances en Europe : Marie-Caroline devint reine … L'impératrice se laisse entraîner malgré elle — par Catherine II de Russie — dans le premier des partages de la Pologne. Elle aura été « l'homme du siècle » ! - ℹ - Biographie : Reine de France, cousine germaine et épouse de Louis XIV (1638-1683). Elle met au monde seize enfants dont onze filles et cinq fils (parmi lesquels dix parvinrent à l'âge adulte). Archiduchesse d'Autriche et "Roi" de Hongrie du 20 octobre 1740 au 29 novembre 1780 et reine de Bohême de 1743 à 1780, Impératrice consort des Romains en 1745. Elle est avec son époux la fondatrice de la Maison de Habsbourg-Lorraine dont les descendants ont régné sur l'Autriche, la Hongrie, la Bohême, la Toscane et Modène, et même sur le Mexique. Les courtisans présents se bousculaient. Qui est Marie-Thérèse d'Autriche ? Tous ses contemporains ont loué sa « virilité », tant elle a démontré des qualités qu'aucune femme n'était censée détenir : l'autorité, la fermeté, la volonté, l'assiduité, la clarté de jugement. Marie-Luise Stockinger dans le rôle de Marie-Thérèse d’Autriche. Son médecin, le docteur Guy Fagon, décide de sauver la Reine, mais il est perdu, il sait pas trop trop quoi faire. L'archiduchesse est aussi proche de sa tante l'archiduchesse Marie-Madeleine. Cet acte, reconnu par les diètes des États des Habsbourg, sera finalement garanti, non sans difficultés, par les grandes puissances européennes. Après avoir rediffusée les deux premières parties hier soir (déjà vue le 28/12/18), Arte programmera, ce soir dès 20h55, les parties 3 et 4 inédites de la série autrichienne « Marie-Thérèse d'Autriche ». Marie-Thérèse va mourir, il faut agir. À la cour de France, l'atmosphère est différente : elle se renferme … Tout d’abord, à la grande surprise de chacun, lorsqu’il s’approcha du bébé pour le bénir, l’abbé de Gordes fut pris d’un malaise. Marie-Thérèse est une épouse profondément amoureuse de son mari, qui le lui rend bien (on l'a dite parfois envahissante). Il se forme à lart au sein de la Manufacture des Gobelins, où il se passionne pour la peinture historiée. Née le 13 mai 1717 et décédée le 29 novembre 1780, à Vienne. Louis Le Grand Dauphin de BOURBON 1661-1711 Marié en 1681 avec Marie Anne de Bavière von WITTELSBACH … Cet établissement, le collège royal Marie-Thérèse, est l'une des plus vieilles écoles de Belgique. Frédéric II de Prusse attaque la Silésie, riche territoire appartenant aux Habsbourg, avec pour conséquence le déclenchement de la guerre de Succession d'Autriche[Note 3]. Fille du roi Philippe IV, la jeune Marie-Thérèse reçoit une éducation stricte à la cour de Madrid. Marie-Thérèse d'Autriche est la mère des empereurs germaniques Joseph II et Léopold II. En 1660, suite au traité des Pyrénées, elle épouse Louis XIV à Saint-Jean-de-Luz, mariage qui scelle la réconciliation entre la France et l’Espagne. La mère de Marie-Thérèse, Élisabeth de France (1602-1644) était la sœur de Louis XIII et son père, Philippe IV d'Espagne, était le frère d'Anne d'Autriche, mère de Louis XIV. Toujours en Belgique, en 1772, elle donne à une société littéraire le titre d'Académie impériale et royale des sciences et belles-lettres de Bruxelles, en lui assignant pour mission d'animer la vie intellectuelle du pays et de stimuler les recherches scientifiques. En 1745, après la mort de Charles VII, Marie-Thérèse fait élire son époux François-Étienne de Lorraine sur le trône impérial. Découvrez l'offre d'abonnement à Point de Vue, Entrez dans un monde de rêve et de passion, L'accès à tous les contenus de Point de Vue en illimité, Point de Vue en version numérique dès mardi soir 20h, Recevez chaque semaine l'actualité des têtes couronnées, Le Christmas pudding, une affaire d'État à Buckingham, Marie-Thérèse d'Autriche, une femme à l'épreuve du pouvoir absolu. À la cour d'Espagne, Marie-Thérèse était une jeune fille un peu charmante, timide, petite, gourmande, ressemblant à sa mère bien-aimée. L’effet fut prodigieux. Elle fut aussi une adepte du mercantilisme. Du cœur du tableau jaillit comme un éclair le mouvement de sa main, tendue comme un arc vers une couronne d'or posée sur un coussin de velours. Avec l'accession de François et Marie-Thérèse au trône, la dignité impériale revient dans la maison de Habsbourg (devenue maison de Lorraine d'Autriche ou Lorraine-Habsbourg mais connue depuis comme celle de Habsbourg-Lorraine) : la maison d'Autriche préserve ainsi sa puissance et son importance dans le concert des grandes nations européennes. Un parcours unique dans l'histoire des monarchies, raconté par Élisabeth Badinter dans une biographie, Le Pouvoir au féminin. Face à la détresse de son confrère, le médecin du Roi, Antoine d’Aquin décide de lui donner quelques petits con… A la fin du XVIIe siècle, son mécène, le maréchal René de Froulay de Tessé lui commande deux premiers tableaux : LEntrevue de lîle des Faisans (6 juin 1660) et Le mariage de Louis XIV avec linfante dEspagne (9 juin 1660). On cherchait à voir, on s’empressait, on se bousculait, on se tourmentait, on s’interrogeait, on s’agitait. 27 Marie-Françoise de Bournonville, née vers 1656, décédée le 16 juillet 1748, Paris (75) (à l’âge de peut-être 92 ans), dame du palais de la reine Marie Thérèse d’Autriche de 1674 à 1683. En 1741, Marie-Thérèse fait émettre une pièce de monnaie de un thaler à son effigie. Marie-Thérèse d'Autriche, la reine effacée Le 20 septembre 1638, la reine d’Espagne Elisabeth de France met au monde son neuvième enfant, une fille prénommée Marie-Thérèse. Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, née le 13 mai 1717 à Vienne et morte dans la même ville le 29 novembre 1780, archiduchesse d'Autriche, fille aînée de l'empereur Charles VI, mort sans descendance masculine, succède en 1740 à son père à la tête des possessions héréditaires de la maison des Habsbourg d'Autriche[Note 1], notamment le royaume de Hongrie, le royaume de … Choyée, fière de ses origines et admirée dans son pays pour sa beauté, sa vivacité et sa ferveur, elle fut adorée de ses sujets français mais dénigrée par une partie de la cour. Bien que fervente catholique — toute l'Europe se moque de sa bigoterie[3] — qui impose sa religion comme la seule officielle et avec une grande intolérance[4], elle cherche à renforcer le contrôle de l'État sur l'Église et signe, en 1773, l'expulsion de la Compagnie de Jésus[2]. et d'Europe, l'accession au pouvoir d'une princesse de 23 ans est l'occasion d'un long conflit, lancé par Frédéric II dès la fin de 1740, la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748), à laquelle prennent aussi part, parmi les ennemis de Marie-Thérèse, la Bavière, la France et l'Espagne. Né vers 1669, Jacques Laumosnier est issu dune famille dartisans aisés. Anne d'Autriche prit sa belle-fille et nièce sous sa protection et commença à lui enseigner son métier de Reine. Arte, vendredi 28 décembre à 20 h 55, téléfilm Par leurs mariages, les descendants actuels des maisons souveraines d'Espagne, de France, du Luxembourg, de Belgique, du Liechtenstein, des Deux-Siciles, de Parme, de Savoie, de Saxe et de Bragance, ont tous Marie-Thérèse dans leurs ancêtres directs. L'archiduché d'Autriche et autres principautés autrichiennes, le royaume de Hongrie, le royaume de Croatie, le royaume de Bohême, Mantoue, Milan, Parme, le royaume de Galicie et Lodomérie, les Pays-Bas autrichiens (duchés de Brabant, Limbourg, Luxembourg ; comtés de Flandre, Hainaut, Namur). Elle empêche toutefois son ennemi de prendre la Saxe, et réussit à obtenir son vote pour l'élection de son fils Joseph comme empereur. CESKA TELEVIZE / JULIE VRABELOVA. Fille de l’impératrice Élisabeth Christine et de l’empereur Charles VI, Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg nait le 13 mai 1717 à Vienne, peu de temps après le décès du premier enfant de ses parents. Marie-Thérèse est une épouse ardente qui disgraciera un courtisan coupable d'avoir conseillé à l'empereur de faire chambre-à-part. Vers 1755, le Suédois Martin van Meytens peint le portrait de l'impératrice Marie-Thérèse dans l'éclat déjà déclinant de ses (presque) 40 ans, une femme au visage rubicond et au sourire de Joconde engoncée dans une robe ambre et sable à la traîne interminable. Chef d'État autoritaire, épouse amoureuse et mère de 16 enfants, l'impératrice a gouverné d'une main de fer pendant près de 40 ans sans jamais sacrifier sa vie personnelle à sa tâche. "Fâchée d'être née femme", l'impératrice d'Autriche, reine de Bohême, de Dalmatie, de Croatie et roi de Hongrie, si désireuse de "s'éloigner des faiblesses de son sexe", est aujourd'hui racontée par Élisabeth Badinter dans son dernier livre -une biographie qui met en lumière, à travers elle, les ambiguïtés, la jubilation et les pièges du pouvoir au féminin. Marie-Thérèse d'Autriche. Depuis trois générations, la difficulté à engendrer l’héritier mâle destiné à raffermir le trône de la dynastie est cruellement ressentie par la famille impériale et par ses sujets. Son père ne lui permet pas d’apprendre l’équitation… Elle est pour toutes les cours, les chancelleries et pour le public, simplement « l'impératrice », qui exerce la réalité du pouvoir. Nonobstant le fait que la dignité impériale ne pouvait être conférée qu'à un homme, la personnalité de Marie-Thérèse, faite de courage, de grandeur d'âme, de droiture et de pugnacité[réf. Icare au pays des Croquants. DU MÊME AUTEUR Au pays des mille châteaux. De fait, Charles VI désigne donc Marie-Thérèse pour lui succéder, au détriment de sa nièce, la fille de Joseph Ier, son frère aîné décédé. Décrite comme timide et effacée, la reine accompagne le roi dans tous ses déplacements officiels. Union(s) et enfant(s) Mariée le 9 juin 1660, Saint-Jean-de-Luz, 64483, Pyrénées Atlantiques, Aquitaine, France, avec Louis XIV Le Grand Louis Dieu-Donné de BOURBON 1638-1715 (Parents :Louis XIII Le Juste de BOURBON 1601-1643 & Anne d'Autriche de HABSBOURG 1601-1666) dont. Merde. Elle est la fille de Ferdinand d'Autriche d'Este (qui fut gouverneur de la Lombardie) et de Marie Béatrice d'Este. Elle était tout à la fois le charme et l'orgueil, l'amoureuse, la figure au ventre fécond et l'âme d'acier tout entière vouée à l'accomplissement de son pouvoir. Gouvernante dévote, elle fréquente régulièrement les messes données à la cathédrale Sainte-Gudule et fait représenter des œuvres pieuses au Théâtre de la Monnaie. Elle est malade, une grosse fièvre et une grosseur sous l’aisselle. Le couple aura quatre enfants, mais seuls deux parviendront à l’âge adulte : Marie-Thérèse et sa petite sœur Marie-Anne, née l’année suivante. Une mère envahissante qui va donner le jour à seize enfants ! As the daughter of King Philip IV of Spain and Elizabeth of France, Marie-Therese was betrothed to Louis by the Peace of the Pyrenees (1659), which ended a 24-year war between France and Spain. Mais c'est d'une autre femme dont je voudrais vous parler, vous en l'occurence ! Une seule de ses frères et sœurs a survécu au-delà de l'enfance : Marie-Anne (1718-1744) dont elle est restée très proche, mais qui mourra prématurément. Cette pièce de monnaie, communément appelé Thaler de Marie-Thérèse, connaîtra un grand succès et sera utilisée avec le même millésime (1780) sur tous les continents jusqu'en 1960. 28 Rinaldo III d’Este, duc de Modène, né le 25 avril 1655, Modena, décédé … Elle se maria le 25 avril 1789 avec Victor-Emmanuel 1er qui deviendra roi de Sardaigne en 1802. Vous parlez de cette femme qui a grandi dans l'ombre de Louis XIV on va y revenir. Depuis le 21 juillet la Reine reste cloîtrée dans la pénombre de sa chambre. MARIE-THÉRÈSE D’AUTRICHE Épouse de Louis XIV. Pis encore, comme essoufflé ou stupéfait, il s’évanouit d’affliction. D'une part, parce qu'elle donne le jour, entre 1737 et 1756, à seize enfants parmi lesquels deux futurs empereurs - Joseph II et Léopold II - et la future Marie-Antoinette. Impératrice d'Autriche (1740-1780), reine de Hongrie en 1741 et de Bohême en 1743, Marie-Thérèse a été considérée de son vivant comme "la mère de l'Autriche". Après le décès de son mari François Ier, le 18 août 1765 son « grand titre » était le suivant : Marie-Thérèse, par la Grâce de Dieu. Parmi lesquels deux futurs empereurs — Joseph II et … Enfant sérieuse et réservée, Marie-Thérèse reçoit l’éducation des jeunes filles nobles de son époque. Alliée à la France depuis 1756, Marie-Thérèse reprend la guerre contre Frédéric II de Prusse afin de récupérer la Silésie ; mais à l'issue de cette guerre de Sept Ans (1756-1763), cette tentative échoue lamentablement. La nouvelle politique d'alliance mise en œuvre par son chancelier d'État, le comte de Kaunitz, ayant pour but de combattre la Prusse, a pour conséquence un rapprochement avec la France et le soutien de la Russie et de la Suède. Héritière des Habsbourg, Marie-Thérèse porte de nombreux titres, matérialisant ses multiples possessions. Marie-Therese of Austria, queen consort of King Louis XIV of France. Ses contemporains la nomment assez rapidement, dès la seconde partie de son règne, « Marie-Thérèse la Grande »[Note 5]. Chef d'État autoritaire, épouse amoureuse et mère de 16 enfants, l'impératrice a gouverné d'une main de fer pendant près de 40 ans sans jamais sacrifier sa vie personnelle à sa tâche. Marie-Thérèse d'Autriche, impératrice-reine, Marie-Thérèse de France, dauphine (1825) Le prêtre d'Osiris fait donner la sépulture à une reine d'Egypte (1780) Lettre édifiante sur la vie & la mort chrétiennes de Sa Majesté Impériale la Reine de Hongrie et de Bohème (1780) Le reste des possessions héréditaires des Habsbourg est cependant sauvegardé : Marie-Thérèse, conformément au vœu de son père, est alors à la tête de l'archiduché d'Autriche (20 octobre 1740-29 novembre 1780), « roi » de Hongrie[Note 4] (couronnée le 25 juin 1741[1]) et reine de Bohême (1743-1780). Peu formée à sa fonction, elle sait s'entourer d'hommes compétents et dévoués auxquels elle accorde une véritable confiance, tout en sachant aussi imposer son autorité. C'est l'origine de l'actuelle Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, parfois dénommée « la Thérésienne ». Femme d’État – Lorsque, le 20 octobre 1740, Marie-Thérèse monte à 23 ans sur le prestigieux trône d'Autriche laissé vacant par la mort inopinée de son père, Charles VI de Habsbourg, son avènement est aussitôt contesté par les principaux souverains d'Europe. La pose altière, la gorge fière, les poignets couverts de perles et les mèches grisonnantes ramassées à la verticale d'un nuage de dentelle laissent percevoir la "belle personne" célébrée par tant d'observateurs de l'époque, mais aussi le tempérament pénétrant, l'ambition et l'amour-propre, le souci permanent d'être admirée. Elle est, de plus, assaillie de tous les côtés et par ceux-là mêmes qui s'étaient engagés à la soutenir, ses voisins et parents, notamment le roi Frédéric II de Prusse, nouveau roi en Prusse. Elle doit mener sans soutien ni argent la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748) contre la Prusse, la Bavière, la Saxe, la France de Louis XV, le Piémont-Sardaigne et l'Espagne. Marie-Thérèse: Marie-Thérèse d'Autriche d'Este est née à Milan le 1er novembre 1773 et décédée à Genève le 29 mars 1832. Cette guerre occasionne pourtant la perte de la Silésie, riche région minière qu'elle doit céder à la Prusse, et d'une petite partie du Milanais qu'elle cède au roi de Sardaigne son beau-frère, Charles-Emmanuel III de Sardaigne. D'ailleurs, elle expulse les quelque 20 000 Juifs de Prague en 1744, la plus grande communauté ashkénaze d'Europe, qu'elle rappelle rapidement après la catastrophe économique que cela déclenche afin de continuer à bénéficier du savoir-faire de ses exportateurs et négociants juifs en verre et en toile de Bohême[6],[7] Quant aux protestants, ils sont déportés entre 1752 et 1757 : plus de 1 000 familles protestantes de Carinthie en Autriche vers la Transylvanie multiconfessionnelle, région actuellement en Roumanie[8]. Sur les conseils de sa mère, elle le nomme en geste d'action de grâce, Joseph, comme le père nourricier du Christ. Le 12 février 1736, Marie-Thérèse épouse son fiancé, François-Étienne de Lorraine. Sur le plan politique, elle réussit à s'allier à l'Angleterre des Hanovre et à rallier à elle la noblesse hongroise. 1 citations de Marie-Thérèse d'Autriche - Ses plus belles pensées Citations de Marie-Thérèse d'Autriche Sélection de 1 citation et phrase de Marie-Thérèse d'Autriche - Découvrez un proverbe, une phrase, une parole, une pensée, une formule, un dicton ou une citation de Marie-Thérèse d'Autriche issus de romans, d'extraits courts de livres, essais, discours ou entretiens de l'auteur. Marie-Thérèse d'Autriche, une femme à l'épreuve du pouvoir absolu. À la mort de son époux en 1765, Marie-Thérèse, toute à sa douleur, songea à abdiquer mais, effrayée par le tempérament impulsif, autoritaire et vindicatif de son fils et successeur Joseph II, elle préféra conserver le pouvoir et seulement l'associer au gouvernement des « États héréditaires ». Guerrier, il aimait la chasse, la politique et les femmes. Il en est de même pour la maison ducale de Hohenberg et les comtes de Méran[10], branches morganatiques des Habsbourg-Lorraine. Alors enceinte de quatre mois, la grande-duchesse de Toscane espère donner enfin le jour à ce fils tant attendu. À la différence des princes de leur temps, ils partageront la même chambre et le même lit pendant les 29 ans que durera leur union. Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg (en allemand : Maria Theresia Walburga Amalia Christina von Habsburg), née le 13 mai 1717 à Vienne et morte dans la même ville le 29 novembre 1780, archiduchesse d'Autriche, fille aînée de l'empereur Charles VI, mort sans descendance masculine, succède en 1740 à son père à la tête des possessions héréditaires de la maison des Habsbourg d'Autriche[Note 1], notamment le royaume de Hongrie, le royaume de Bohême et le royaume de Croatie, dont elle recevra les couronnes. Marie-Thérèse d’Autriche, une femme au pouvoir Son destin romanesque a fait l’objet d’un téléfilm diffusé sur Arte. Impératrice d'Autriche, reine de Hongrie et de Bohême, Marie-Thérèse est considérée au XVIII e siècle comme « la mère de l'Autriche ». Comme tout membre de la Maison des Habsbourg puis de Habsbourg-Lorraine, Marie-Thérèse, son mari et leur descendance sont inhumés dans une crypte dédiée à Marie-Thérèse, au sein de la crypte des Capucins à Vienne. Le trône des Habsbourg et la politique impériale. Et retracé de manière magistrale par l'émission Secrets d'Histoire, sur France 2, ce jeudi 6 juillet. marie therese d'autriche amant. Afin d'affirmer l'indivisibilité des domaines des Habsbourg, son père, sans enfant mâle, rendit le 19 avril 1713 la Pragmatique Sanction. La noblesse du Périgord, Perrin, 1998. Elle privilégiera désormais des solutions plus pacifiques. Faut dire que quand tu as une tête couronnée entre les mains, faut pas se planter, c’est comme Johnny. En juin 1660, Louis XIV épouse l’infante d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche. Marie-Thérèse D'autriche est un(e) programme sur la télévision française de Arte qui avait reçu une moyenne de 4,0 étoiles par les visiteurs d'EmissionReplay.fr. souhaitée], s'impose dans la politique de l'Empire, bien plus que la sage mesure qu'observe l'empereur François. C'est au cours de cette guerre qu'elle crée un nouvel ordre de chevalerie, qui porte son nom et qui restera jusqu'en 1918 la plus haute décoration militaire autrichienne. Les membres les plus connus de cette lignée sont : l'impératrice des Français Marie-Louise (1791-1847), l'empereur d'Autriche François-Joseph (1830-1916), l'empereur du Mexique Maximilien Ier (1832-1867), la reine des Belges Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine (1836-1902), l'archiduc Rodolphe d'Autriche (1858-1889), la reine puis régente d'Espagne Marie-Christine d'Autriche (1858-1929), l'archiduchesse « rouge » Élisabeth-Marie d'Autriche (1883-1963), enfin, le dernier empereur d'Autriche et roi de Hongrie, Charles Ier (1887-1922), mort en exil et béatifié en 2004.