Quant aux valeurs saisonnières maximales, elles représentent environ 5 fois la moyenne saisonnière et peuvent constituer 85 à 90 % du total de l’année. À l’échelle temporelle, on peut remarquer : 14On peut déceler également, dans la répartition temporelle des années très pluvieuses, une certaine périodicité très variable et très éphémère. L’isohyète des 800 mm passe au sud du Cap Bon et celle des 400 mm, qui limite normalement la Tunisie tellienne, se retrouve cette année-là au niveau de la région de Sfax. Mon problème est que je ne trouve pas des données sur un long terme pour la pluviométrie pour cette région du monde. 26Par ailleurs, il est à noter que certains mois déficitaires et classés secs ou très secs (3 et 4 mois très secs) appartiennent aux années très pluvieuses. Ainsi du 21 au 23 janvier 1990, des quantités de pluie impressionnante sont tombées : on a enregistré 400 mm de pluie dans la région d’Essned, 300 mm dans la région de Maknassy, 200 mm dans la région de Gafsa. • Tunis Manoubia, représentant la région du Nord ; climatiques en Tunisie présahariennes sur la base des valeurs des précipita­ tions moyennes annuelles (P) et de la moyenne des minima du mois le plus froid (m). Certaines valeurs maximales sont enregistrées par exemple au Sahel et dépassent celles de la Tunisie du Nord, normalement plus pluvieuse en moyenne. Météo habituelle à Gabès Tunisie. Indices des prix de l'immobilier. Quant au rapport des valeurs saisonnières aux totaux annuels correspondants le maximum est de 58 % à Gabès et le minimum est de 29 % à Bizerte, Jendouba et Gafsa. La rareté des ressources en eau, la variabilité et l’irrégularité de sa répartition d’un côté, et l’augmentation des besoins en eau de l’autre ont exigé une attention particulière de la part des gestionnaires quant à l’identification, la mobilisation et la rationalisation de la desserte de la ressource en eau. Nous avons donc extrait les années définies comme très pluvieuses d’après l’analyse fréquentielle, et nous avons calculé les valeurs saisonnières. Par : Di avec TAP . Ces situations, bien qu’elles soient plus fréquentes et plus intenses ces dernières années, se sont produites plus ou moins intensément depuis toujours, et ont été vécues différemment selon l’adéquation des aménagements urbains et des ouvrages hydrauliques. 71 962 617 . 13En revanche, la carte des isohyètes de l’année 1969-1970 (figure 3) présente, comme celle de l’année 1989-1990, des noyaux très pluvieux et très localisés. C’est un ouvrage de référence pour tous ceux qui ont besoin d’informations sur la vie économique et sociale du pays. Pour notre analyse, nous distinguons à travers la Tunisie trois régions naturelles caractérisées par des conditions climatiques, hydrologiques, géomorphologiques et géologiques relativement homogènes : le Nord, le Centre et le Sud (Figure 2). 25L’examen des mois très pluvieux, année par année, montre que leur nombre varie de 1 à 10 mois par année. que certaines décennies, enfin, sont à tendance très pluvieuse : la décennie 1910-1920 au sud du pays, la décennie 1950-1960 et la décennie 1970-1980 comptent un grand nombre d’années très pluvieuses (de 3 à 7 années si on leur associe les années pluvieuses). En Tunisie, les risques d’abondance ou d’insuffisance d’eau, telles qu’elles ont été définies, ne sont qu’un phénomène normal et courant dû au climat du pays. Au nord du pays, la pluviométrie est plus importante et plus régulière alors qu’au sud les minima sont très bas et les maxima sont proportionnellement très forts, de sorte que les moyennes et les écarts à la moyenne sont peu significatifs. C’est une pluie de faible intensité (30 mm / heure) mais qui a duré assez longtemps pour provoquer des dégâts énormes (Ghorbel et Benzarti, 1991). Ces années exceptionnelles peuvent résulter d’un seul ou de plusieurs événements. Tunis Manoubia, Bizerte, Grombalia et Zaghouan pour le Nord-Est. L’Etat des Ressources en Eau au Maghreb en 2009 Démographie des entreprises. Partager sur Facebook. Cette 44 ème édition de l’ Annuaire Statistique de la Tunisie présente les principales statistiques collectées et élaborées par le système statistique national et le produit de ses activités. Oct 27, 2019. Pluviométrie Visualisez la situation pluviométrique journalière sous un format ouvert OPEN DATA Partie II : Les eaux douces et de surface Chapitre 7 : Caractérisation des événements extrêmes en Tunisie et possibilités de la maîtrise des excédents pour Une gestion durable de la ressource 4h MEDIT w 3/96 ETUDE CLIMATIQUE EN TUNISIE PRESAHARIENNE ALI FERCHICHI (*) 1 Abstract L'été, à Tunis, les pluies sont moins importantes qu'elles ne le sont en hiver. Tweeter sur twitter. ... à l’est la pluviométrie annuelle moyenne est de 200 mm. Un article de la revue Revue des sciences de l'eau / Journal of Water Science (Volume 20, numéro 4, 2007, p. 325-424) diffusée par la plateforme Érudit. Entre autres, il s’avère judicieux d’examiner les possibilités de transfert et de stockage des eaux de surface excédentaires dans les nappes phréatiques surexploitées. Variabilité pluviométrique Les séries d’observations de la base de données de la Direction Générale des Ressources en Eaux (DGRE) pour trois stations (Direction Générale des Ressources en Eaux, 2004,) In Arnould, P., & Hotyat, M. Le coût économique du recyclage des eaux usées, Les changements climatiques et leur impact sur l’eau douce, La pollution: Étymologie, la notion de la pollution, L’impact de la pollution sur le stock de l’eau douce, L’utilisation exhaustive de l’eau domestique: dans l’organisme, L’eau agricole: dans les plantes, l’irrigation et consommation, L’eau industriel: l’eau à tout faire et comme source d’énergie, Mondialisation des menaces écologiques et défis sur le Maghreb, Stratégie maghrebine d’attenuatin des risques liés au rechauffement du climat, Dessalement et traitement de l’eau saumâtre, Procédés naturel et technique du traitement des eaux usées, Utilisation et Evacuation des eaux usées de l’Agriculture, Evaluation économique des filières de reutilisation des eaux usées, La Tunisie: Pluviomètrie moyenne annuelle régionale, L’Algérie: Politique nationale de protection et de gestion de l’eau, L’Algérie: Politique nationale de protection et de gestion de l'eau, Remerciements de mémoire : exemples de remerciement, L’entreprise : rôle, définition et caractéristiques de PME, Exemples de remerciements travail tfe et rapport de projet, Le déroulement d’une mission d’audit : trois phases, La définition du marché et les caractéristiques du marché, Les objectifs de la gestion des ressources humaines, Caractéristiques du Marketing, le domaine du marketing, L’Internet: Définition, historique et applications, La banque : les fonctions et la définition de la banque. Mots clefs analyse fréquentielle; pluies mensuelles; techniques statistiques; loi des fuites; loi … Au centre, elle est moins nette et elle est de 4 ans (1912-1916-1920), de 10 ans et 20 ans (1948-1958, 1975-1995, 1969-1989 à Kairouan) ; au sud-est, elle est de 2 ans (1918-1920-1922, 1932-1934) et de 6 ans (1922-1928-1934-1940, 1969-1975, 1989-1995 à Matmata). Note**Tableau 2.Caractéristiques des années très pluvieuses. Elles sont plus nombreuses en été (26 %) et au sud du pays, plus rares en automne (10 %) et au nord. 2-2 : La Tunisie : La Tunisie, en raison de sa situation géographique entre la Méditerranée et le Sahara, est Un pays aride sur la majeure partie de son territoire. Pluviométrie de l’automne à Sousse – analyse fréquentielle. Enfin, il semble qu’au cours de la dernière décennie les événements extrêmes sont plus fréquents, plus persistants et plus excessifs. Cependant, les études prospectives et stratégiques réalisées pour le compte du Ministère de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques, dont l’étude de 1998, s’accordent toutes sur le rapprochement entre ressources mobilisées et demandes en eau à l’horizon 2030. D’après l’expérience vécue en Tunisie, une année sèche ou humide correspond à un déficit ou un excédent de l’ordre de 30 à 50% par rapport à la moyenne. Statistique Tunisie , Institut National de la Statistique. Ils portent principalement sur les sept dernières années (1995 à 2001). Selon la classification de Köppen-Geiger, le climat est de type Csa. L'institut national de la météorologie (INM) a publié les données pluviométriques enregistrées hier, dans plusieurs régions du pays. RAPPORT NATIONAL DU SECTEUR DE L EAU Année 2017 Ministère de l Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche République Tunisienne Par : Di avec TAP . Pour l’ensemble des mois-stations 30 % des mois sont très pluvieux. • 2 - COMPOSITION DE L'ATLAS Les trois aspects des questions nous ont conduits à imaginer un atalas pluviométrique présentan~19s trois ea.raf'téristiques suivantes : 2 - 1 E ç h e 11 e s._ Il sera établi à l'échelle.1/200000 sauf pour la partie au Sud. Statistiques par thèmes; Climatologie. La pluviométrie en Tunisie. Une année est considérée de forte sécheresse ou de forte humidité si le déficit ou l’excédent dépasse 50% (Ministère de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques, 1999). Température. C - 13013 Marseille FranceVous pouvez également nous indiquer à l'aide du formulaire suivant les coordonnées de votre institution ou de votre bibliothèque afin que nous les contactions pour leur suggérer l’achat de ce livre. Classées par ordre d’intensité globale sur l’ensemble du pays, les années les plus pluvieuses sont 1958 avec un excédent moyen de 76 %, 1995 (66 %), 1969 (65 %), 1975 (51 %) et 1972 (46 %). Bonjour à tous, Je réalise un travail sur les sécherresses en Afrique. Les années qui ont 4 mois très pluvieux représentent 30 % du total des années-stations, 21 % des années ont 3 mois très pluvieux et 21 % également ont 2 mois très pluvieux. Annuaire Statistique; Programme Vulgarisation; Situation des Barrages; Pluviométrie; Prix des Produits Avicoles; Agriflash; Projets annuels de performances (PAP) Cahiers des Charges; Cap sur la durabilité; Forêts et Aires Protégées; Fiches Sectorielles; Divers Internet Management Group SA - Tous droits réservés Tél. Ils ont conditionné une gestion intra et inter annuelle permettant le stockage de l’excès hydrique pendant les années excédentaires et son utilisation pendant les années de sécheresse. 12D’après l’analyse de la distribution des années très pluvieuses, il apparaît qu’à l’échelle spatiale, l’extension des années très pluvieuses est plus ou moins réduite selon les années. 3Parmi les multiples méthodes de classification des séries pluviométriques, nous avons choisi la méthode de l’analyse fréquentielle. Il est à rappeler que les moyennes pluviométriques annuelles en Tunisie diminuent du nord-ouest (1 500 mm) vers le sud (moins de 100 mm) alors que la variabilité de la pluviométrie s’accroît du nord vers le sud. Lire la suite Au cours de l'année, la température varie généralement de 8 °C à 33 °C et est rarement inférieure à 4 °C ou supérieure à 37 °C. Tweeter sur twitter. 27Globalement et pour résumer la situation mensuelle, nous pouvons dire que la répartition est plus disparate et plus aléatoire à l’échelle de l’année et des stations. En plus de l’importance des excédents, certaines années très pluvieuses sont marquées par l’ampleur de leurs effets sur l’environnement et sur la population (débordement des oueds et inondations, dégâts matériels tels que maisons, routes ou ponts détruits, pertes en vies humaines et en bétail…). Par : Di avec TAP . Il a même été enregistré au cours des années très pluvieuses des saisons sèches et des saisons très sèches. À Jendouba, l’automne a connu deux saisons sèches, l’hiver trois saisons normales et une saison sèche, le printemps trois saisons normales et une saison très sèche. Le maximum correspond à un excédent de 81 % à Jendouba, mais le minimum correspond en moyenne à un déficit de 4 % à Bizerte où 54 % des étés sont déficitaires. En moyenne et pour l’ensemble du pays, on parle d’année très pluvieuse à partir d’un excédent global de 40 %. Télécharger la fiche Tunisie - Collection 2015 (PDF, 256 Ko) Contexte agricole et relations internationales. Tunisie: Pluviométrie des dernières 24 heures. L’épicentre de la dépression qui est à l’origine des fortes pluies est situé sur la Tunisie centrale pour l’année 1969-1970 et sur le Sud-Ouest pour l’année 1989-1990. 18En hiver, la moyenne la plus forte se situe sur l’extrême Nord à Bizerte et la plus faible à Gabès ; les excédents varient entre 86 % à Gafsa et 30 % à Jendouba et les contributions au total annuel extrêmes sont de 50 % à Bizerte et de 20 % seulement à Gabès. Pluviométrie. Ce sont les stations de Bizerte, de Tunis, de Jendouba, de Kairouan, de Sousse, de Gabès et de Gafsa. 24Comme pour la pluie saisonnière, l’analyse des pluies mensuelles se fonde sur la série des 7 stations représentatives des régions naturelles de la Tunisie. Sur les 13 années très pluvieuses, la proportion des saisons qui ne sont ni pluvieuses ni très pluvieuses peut atteindre 62 % (cas de l’hiver à Gabès). Pour cette région et pour une série d’observations portant sur 119 ans à la station de Tunis Manoubia, 15% des années ont été considérées sèches avec un déficit pluviométrique annuel compris entre 30 et 50% par rapport à la moyenne de la période, alors que seulement une seule année a été extrêmement très sèche (1%) avec un déficit supérieur à 50%. Les pluies sont classées dans l’ordre ascendant suivant la probabilité au non dépassement, puis divisées en 5 classes : 4Les années comprises dans la 1ère classe, de fréquence inférieure à 0,15 sont considérées comme des années très sèches : Pi ≤ PF 15 %, 5Celles de la 2e classe, de fréquence comprise entre 0, 15 et 0, 35 sont des années sèches : PF 15 % ≤ Pi ≤ PF 35 %, 6Celles de la 3e classe, de fréquence comprise entre 0, 35 et 0, 65 sont des années normales : PF 35 % ≤ Pi ≤ PF 65 %, 7Celles de la 4e classe, de fréquence comprise entre 0, 65 et 0, 85 sont des années humides : PF 65 % ≤ Pi ≤ PF 85 %, 8Celles de la dernière classe sont des années très humides ou très pluvieuses : Pi ≥ PF 85 %. 23À la fin de cette analyse, il se dégage que les saisons très pluvieuses ne constituent que 40 % du total de toutes les saisons, que l’automne est la saison la plus excédentaire (84 % d’excédent moyen pour l’ensemble du pays) avec une contribution moyenne au total annuel de 40 %, que l’excédent de l’hiver s’élève à 57 % et que sa contribution au total annuel est de 32 % alors que celle du printemps, malgré un excédent de 58 %, ne participe au total annuel qu’avec 24 %. Ce document présentait entre autre chose, les résultats d'une étude statistique de la pluie (à l'échelle annuelle, mensuelle et journalière) Tunisie: Pluviométrie des dernières 24 heures. À titre d’exemple, le mois de mars 1973 compte de 8 à 20 jours de pluie avec quelques valeurs très fortes (90 à 160 mm par jour). Au cours d’une année, on peut avoir une, deux, trois ou quatre saisons très pluvieuses comme il est possible de n’en avoir aucune (c’est le cas des années 1928 et 1939 à Bizerte. Tunisie: 438 incendies considérés comme criminels ayant ravagé 1958 ha de forêts. : (+216) 71 962 775 . Le minimum enregistré pendant cette période est de 220 mm (années 1947-48), avec un déficit de 52%. Statistiques sur la création d'entreprises Investissements déclarés. Grâce à sa tradition enracinée dans le temps et à sa volonté politique, la Tunisie a réussi à satisfaire la demande des différents secteurs pendant les périodes d’abondance et de garantir le minimum nécessaire des besoins en eau pendant les périodes de pénuries. Cette aridité, conjuguée à la variabilité du climat méditerranéen, fait de l’eau une ressource à la fois rare et inégalement répartie … 20En été, les moyennes varient entre 57 mm à Jendouba et 4 mm à Gabès. Indices des Prix à la Consommation familiale, IPC. Les mois qui sont le plus souvent très pluvieux sont ceux de mars (40 % des années), d’octobre (38 %), suivis par les mois de septembre, de novembre et de janvier (29 %)… les mois de juillet, d’août et d’avril étant les moins pluvieux. Le mois de janvier 1990 compte de 10 à 21 jours de pluie ; l’année 1958 compte 113 jours de pluie à Tunis répartis sur tous les mois de la saison des pluies : 18 jours en décembre, 15 en avril, 11 à 12 en octobre, novembre, janvier, février et mars 8 en mai, 5 en juin et août et 4 en septembre. Dans ce tableau, nous avons porté les valeurs limites entre lesquelles varient, pour chaque saison, les moyennes, les maximales et les minimales pour l’ensemble du pays. Partager sur Facebook. Accueil » La Tunisie : Pluviomètrie moyenne annuelle régionale. Le climat de Oran est dit tempéré chaud. Il en est de même pour plusieurs années pour lesquelles les isohyètes moyennes sont nettement décalées vers le sud. Figure 4a. Le coût économique du recyclage des eaux usées Au nord, on note une périodicité de 10 ans (1928-1938-1948-1958 et 1952-1962-1972) et de 3 ans (1952-1955-1958). Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. En effet, les saisons sèches ou très sèches figurent dans toutes les stations et toutes les saisons. Tunisie: Une moyenne pluviométrique de 51mm à l’ouest et une masse d’air froid sévit sur le pays. Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire. Si vous continuez à utiliser ce site, nous supposerons que vous en êtes satisfait. La quantité de pluie la plus importante a été enregistrée dans le gouvernorat de l'Ariana. Cela représente de 5 à 50 fois la moyenne de janvier et pour certaines stations, le double de la moyenne annuelle. Les trois grandes régions naturelles de la Tunisie 9Cette méthode repose sur la fréquence d’apparition et de dépassement d’un total pluviométrique parmi une longue série d’observations. Pluviométrie de l'année hydrologique 1958-1959. • Medenine, représentant le Sud du pays. Adresse : 70, Rue Ech-cham BP 265 CEDEX 1002 Tunis ,Tunisie Téléphone : +216 71 891 002 Fax : +216 71 792 559 Contact : ins@ins.tn site web :www.ins.tn. On peut citer comme exemple l’année 1989-1990 dans le Sud-Ouest tunisien ; les années très pluvieuses centrées sur quelques événements pluvieux groupées en un ou deux mois et c’est le cas de l’année 1969-1970 ; les années très pluvieuses qui comprennent plusieurs mois très pluvieux et c’est l’exemple de l’année 1995-1996. 17Pour les années les plus pluvieuses dans nos stations, la pluie moyenne de l’automne varie entre un maximum de 258 mm au Sahel (à Sousse, figure 4), et de 77 mm au sud (Gafsa). Les salariés. D’où l’intérêt de mener une réflexion sérieuse pour la maîtrise des apports des évènements exceptionnels.